fbpx

Les régimes sans résidus

Par Marie dans #Nutrition#Régime alimentaire

Un régime sans résidus vous sera prescrit dans le but de réduire le volume de vos selles, en réduisant les aliments contenant des éléments non-digérables : les résidus. Ce régime est prescrit sur de courtes périodes : quelques semaines. Il est indiqué contre des pathologies intestinales, ou trois jours avant un examen avec imagerie. Il faut savoir que ce régime est assez monotone et déséquilibré. C’est pourquoi il vous est proposé une liste claire d’aliments autorisés ou interdits pour vous simplifier la vie.

Que sont les “résidus” ?

Les résidus sont la fraction alimentaire non-digérée dans votre intestin grêle. Ils arrivent dans le côlon et sont évacués par les fèces. Ces résidus jouent un rôle important. Ils subissent la fermentation colique par le microbiote intestinal : les bactéries du côlon (1,2). Ceci a pour effet de produire des acides gras à chaîne courte, ainsi que des gaz (flatulences). Ces acides gras sont absorbés par le colon pour nourrir directement ses cellules : les colonocytes. Certains produits terminaux de cette fermentation colique ont une activité antiproliférative qui serait bénéfique contre la carcinogenèse colique, c’est-à-dire le développement d’un cancer du côlon (1).

Pourquoi suivre un régime sans résidus alors ?

Ce régime déséquilibré et peu appétissant est prescrit en conditions pathologiques pour améliorer la tolérance digestive en limitant le débit fécal. Cette alimentation cherche donc à limiter les aliments non digérés dans l’intestin grêle et sollicitant le métabolisme colique (1,2). 

Ce régime est indiqué dans (1,3) :

  • Les MICI en poussée (Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin)
  • La sigmoïdite diverticulaire
  • La résection du grêle
  • La réalimentation post-opératoire
  • La préparation colique avant chirurgie ou examens radiologiques

D’où viennent les résidus ? 

On estime que les protéines sont absorbées à 85 – 90 % dans l’intestin grêle, et les lipides à 95 % grâce aux sels biliaires (1). Ce pourcentage n’est pas si élevé pour les glucides ! En effet, on considère que 2 à 4 % du glucose et que 2 à 20 % de l’amidon ingérés atteignent le côlon, sans avoir été absorbés dans l’intestin grêle (1). Ces glucides représenteraient 70 g par jour, pour une alimentation occidentale ! (1)

Les fibres

Les résidus proviennent essentiellement des fibres. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail ; anciennement AFSSA) définit ainsi les fibres : chaînes de glucides (sucres), naturelles ou synthétiques associées à d’autres composés (polyphénol, cires, phytates, phytostérols etc.) non glucidiques (4). Les fibres alimentaires ne sont ni digérées, ni absorbées au niveau de l’intestin. Elles présentent l’une au moins des propriétés suivantes (4) :

  • Augmentation de la production des selles
  • Stimulation de la fermentation colique
  • Diminution de la cholestérolémie à jeun
  • Diminution de la glycémie et/ou de l’insulinémie post-prandiale(s)

Les fibres viennent principalement des légumineuses (lentilles, haricots, pois cassés), de la farine de seigle, les fruits, les légumes, et en plus petite quantité dans le chocolat noir (minimum 70% de cacao), l’avoine, les oléagineux (5). 

Les aliments pourvoyeurs de résidus

1️⃣ De fibres alimentaires au sens strict, 

2️⃣ D’amidons résistants non digérés. Pourquoi sont-ils résistants ? 

  • Parce qu’ils sont encapsulés par des fibres, et donc protégés des enzymes digestives (cas des légumineuses).
  • Ils sont encore plus résistants si l’amidon est ingéré cru,
  • Ou encore si l’amidon cuit est réfrigéré ou congelé, ce qui peut induire des modifications structurales.

3️⃣ De certains sucres (1) :

  • Le lactose, en cas de déficit en lactase.
  • Le fructose consommé en trop grande quantité. Mais c’est assez rare de dépasser les capacités d’absorption du grêle.
  • Les sucres-alcool consommés en très grande quantité.

Mettre en place le régime sans résidus (1,2)

Il s’agit d’exclure les aliments précédemment cités. On associe souvent à ce régime l’exclusion des lipides, ou graisses alimentaires. Mais ceci n’est utile qu’en cas de malabsorption des lipides, qui pourraient alors se retrouver dans le côlon. On distingue deux types de régimes sans résidus : 

  • Le strict : pour les poussées aiguës de colite ou de diverticulite.
  • Le régime ordinaire.

Quel que soit votre cas, évitez les condiments épicés. Concernant les aliments gras, consommez-les en fonction de votre tolérance digestive à leur égard. C’est votre médecin qui vous indiquera quel régime suivre (1,6,7).

Reprendre une alimentation variée

Ce régime est à suivre sur une courte période. Vous pourrez élargir votre alimentation au gré de votre propre tolérance. Testez vous-même les aliments ! Cependant il faut respecter un certain ordre de réintroduction. Commencez par les légumes cuits, pauvres en cellulose et en lignine (carotte, betterave rouge, courgette épépinée) et les fruits cuits et en compote (1). 

Rassurez-vous, il est possible de rencontrer des désagréments digestifs lors de la réintroduction des fibres notamment. Allez à votre rythme, et n’hésitez pas à consulter votre médecin en cas de doute ou de peur. Gardez en tête qu’il faut absolument revenir à une alimentation plus équilibrée afin de retrouver les nutriments absents dans le régime : les vitamines notamment (1).

Bibliographie

1. Gomila S, Romon M. Le régime sans résidus. Cah Nutr Diététique. août 2004;39(4):290‑2. 

2. Letonturier P. Rappels utiles sur le régime sans résidus. Cah Nutr Diététique. 2004;33(21):1549. 

3. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) [Internet]. Inserm – La science pour la santé. Disponible sur: https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/maladies-inflammatoires-chroniques-intestin-mici

4. Rapport du comité d’experts spécialisé Nutrition humaine. Les fibres alimentaires : définitions, méthodes de dosage,   allégations nutritionnelles. Anses/Afssa; 2002. 

5. Ciqual Table de composition nutritionnelle des aliments [Internet]. Disponible sur: https://ciqual.anses.fr/

6. Delissey A. Le régime sans résidu ou limité en résidus [Internet]. (Diététicienne). Disponible sur: https://www.progress-sante.com CIMOP (Centre d’Imagerie Médicale de l’Ouest Parisien. Régime sans résidus à suivre pendant les trois jours qui précèdent l’examen [Internet]. 2011 sept. Report No.: EN 07/037/V05 – 05/M0/002/12. Disponible sur: http://cimop.fr/fiches/60.PDF

  • Mégane dit :

    Bonjour , pourriez-vous me donner des exemples d’aliments autorisés pour une coloscopie svp?

  • Marie dit :

    Bonjour Mégane ! Oui avec plaisir, voici une petite liste récap., en bref pas de gras 🙂 :

    • Des viandes maigres comme un steak grillé, du poulet ou de la dinde (sans la peau).

    • Les poissons maigres, par exemple le merlu, la morue, le merlan, la daurade royale, la sole ou la truite.

    • Les œufs (à l’exception des œufs poêlés ! Pas de gras).

    • Les féculents comme pommes de terre, riz, pâtes, semoule et autres, mais surtout il doivent être cuits sans graisse !

    • Le pain blanc ou les biscottes.

    • Le lait demi-écrémé et les produits laitiers comme le yaourt, le fromage blanc et les fromages à pâte cuite (gruyère, fromages hollandais, etc.). Évite le beurre.

    • Du côté du sucré : sucre raffiné, confiture, miel, pas de chocolat, de caramel ou tout ce qui pourrait être irritant !

    • L’eau non pétillantes, les bouillons de légumes passés, un petit thé ou un petit expresso (très) léger.

    • Évite l’alcool

    N’hésite pas si tu as d’autres questions !

  • N’hésite pas à laisser un commentaire ou à poser une question.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Instagram